Est-on obligé de croire au Père Noël ?

Est-on obligé de croire au Père Noël ?

Elle semble esthétique, ma question, un peu superficielle et aguicheuse. Une provocatrice qui pique votre curiosité pour vous inciter à lire.

C’est une vraie question, pourtant. Nous nous la sommes posée, très sérieusement. Pour le Noël 2011, c’était notre premier Noël de parents. Puis pour le Noël 2012. Elle nous a encore effleuré lors du Noël 2013. Puis, on a tranché.

Mais alors, est-on (vraiment) obligés de faire en sorte que nos enfants croient au Père Noël ?

 

La plupart des parents suivent cette tradition, et elle est si largement partagée, que le fait même d’évoquer l’attitude contraire semble un acte de rébellion. Dans ce monde où (presque) chaque enfant de moins de six ans croit qu’un gros bonhomme habillé de rouge va lui amener des cadeaux dans la nuit du 24 au 25 décembre, et où (presque) chaque adulte se fait complice de la supercherie, comment lutter ?

Pourtant il semble que nous ne soyons pas les seuls à nous être questionnés. D’ailleurs, quand j’ai googlisé cette interrogation, j’ai trouvé deux articles, ici et , qui disent chacun à peu près la même chose : le mythe du Père Noël permet aux enfants de se construire dans leur rapport à la réalité. Un message de dissuasion pour les parents qui souhaiteraient confier, au commencement, la vérité à leur progéniture, une incitation à leur mentir pour leur bien psychologique.

Même sans avoir pris l’avis du web, chez nous, nous avons décidé de nous soumettre au pouvoir du mythe du Père Noël, pour la magie, pour le rêve, pour leur faire vivre ce merveilleux. Tant pis pour le mensonge. On s’arrangera avec eux plus tard.

En bonne bobo j’ai regretté l’aspect hyper consumériste de la chose, et la prétendue « origine Coca-Cola » du « Père Noël tel que nous le connaissons ». Au passage, figurez-vous que ce n’est qu’une légende urbaine, cette prétendue genèse du Père Noël dans les bulles marronnasses. Si le petit papa Noël a bien bossé comme acteur dans des pubs Michelin, Apple, Disney, Coca, et même Marlboro, sa naissance ne peut pas être attribuée à la marque au soda rouge. Il est un croisement entre le lutin nordique Julenisse et Saint Nicolas, et est apparu, avec le physique qu’on lui imagine aujourd’hui, dans des poèmes et des illustrations du XIXème siècle.

Pour le plaisir, je vous livre tout de même ces images de notre cher Père Noël dans quelques uns de ses meilleurs (ou pires ?) rôles.

10 coca-cola 10 pub-pere-noel-michelin
10 disneyland-paris 10 le-pere-noel-utilise-encore-un-iphone-4s

10 santa-claus-smoking-250725b55d

 

 

Nous avons donc, peu à peu, introduit cette histoire et son personnage dans la tête et dans la vie de notre fils, qui n’a pas compris tout de suite le rapport entre le gros monsieur rouge et les cadeaux sous le sapin. Aujourd’hui bien entendu, le lien est là, et la magie aussi.

Au fur et à mesure, nous avons choisi notre propre façon de croire au Père Noël. Pour tempérer un pu cette imposture frénétique, nous avons évité autant que possible les séances photos sur les genoux de prétendus Pères Noël. Il y a bien eu quelques rencontres, à l’école, au sport… Mais quand on croise un Père Noël dans la rue, on s’empresse d’énoncer que ce n’est pas « le vrai » — il est bien trop occupé au pôle Nord. Nous refusons aussi le chantage au Père Noël, même si l’on ne peut pas complètement empêcher les grands-parents, enseignants et autres personnes de l’entourage d’y avoir recours. Enfin, pour avoir moins l’impression de mystifier, et pour se simplifier la vie, nous avons expliqué à notre fils qu’il n’y avait pas que le Père Noël qui faisait des cadeaux à Noël, mais que chacun en profitait pour gâter ceux qu’il aimait.

Aujourd’hui, je ne regrette pas nos choix, même si je continue à comprendre les – rares – parents qui ont pris l’option inverse, pas facile à assumer.

Parfois je me dis qu’il ne nous reste qu’un tout petit nombre de Noëls à l’entendre parler du Père Noël avec des étincelles dans les yeux. Ensuite, sa sœur prolongera l’enchantement de quelques courtes années, puis le mensonge s’éteindra. Nous espérons que la magie survivra, et le bonheur, et la chaleur des moments partagés à la lumière des bougies…

 

Et vous, dites-moi, vous vous l’êtes posée, cette question ?

Une réflexion sur “Est-on obligé de croire au Père Noël ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s