Présomption de pénibilité

Présomption de pénibilité

Vous avez remarqué ? Quand on devient parent, on passe de l’autre côté.

Avant, j’étais « instit », comme j’aime le dire (professeur des écoles pour être tout à fait exacte), et les parents, bon et bien, c’était des parents, quoi. Certains sympas, d’autre moins sympas. Je n’ai pas vraiment eu le temps de me faire une opinion arrêtée sur le parent lambda, et je suis vite devenue maman.

Alors je me suis rendu compte que nous, les parents en général, nous portions comme un poids face aux enseignants, pédiatres et autres professionnels en contact avec nos enfants…

Le poids de notre présomption de pénibilité.

Même si l’on ne fait pas vraiment partie des parents pénibles. Même si l’on fait des efforts. La présomption est toujours là, comme un boulet que l’on se traîne.

Alors, il faut s’habituer… à certains non-dits, mises à l’écart, fins de non recevoir…

 

Et vous, vous la vivez comment votre présomption de pénibilité ?