Cuisse pas sage

N13 Cuisse pas sage

Je taillais les rosiers au fond du jardin. De là où je me trouvais, je percevais bien la voix puissante, presque criarde, de la châtelaine, mais celle de Rose ne me parvenait pas, sauf lorsqu’elle criait.

« J’vous jure, Madame, j’vous jure ! Je n’ai jamais couché avec un garçon ! J’vous jure Madame !

– Arrêtez de jurer Mademoiselle, vous êtes ridicule. Vous me rappelez ce film des années 80, comment c’était déjà ? La jeune fille s’appelait Marie-Thérèse, quel prénom ridicule. «Thérèse», c’est vraiment le prénom le plus moche du monde, vous ne trouvez pas ?

– …

– Ah c’est le prénom de votre mère ? Ah… Oui ben quand même, c’est moche.

Et puis votre mère, elle ne vous a même pas appris comment ne pas vous faire mettre en cloque. Ça valait le coup, tient, de vous fanatiser à coup de bible évangéliste et de vous laisser écarter les cuisses devant le premier jeune moustachu à gueule d’amour venu !

– …

– Ne soyez pas surprise, Mademoiselle, je l’ai bien vu le moustachu, se barrer vite fait au petit matin, la fesse légère et la queue frétillante.

– …

– Ne jurez pas j’vous dis ! De toute façon l’abstinence sexuelle à la mode catho, c’est vraiment pas réaliste.

– …

– Oui je suis catholique, et alors, c’est quoi le rapport ?

– …

– Oui mon mari aussi est catholique, bien sûr, mais en quoi…

– …

– Si si, dans notre bible aussi il est écrit qu’on ne doit pas tromper sa femme.

– …

– Non, on ne doit pas.

– …

– Non, avec personne.

– …

– Non, non même pas avec la bonne.

– …

– Même si elle fait la meilleure bolognaise du monde. Mais enfin, Mademoiselle, c’est quoi cette histoire ?

– …

– Mais non, le cuissage n’est pas une tradition héritée de notre passé de nobles ! Mais… Qu’est ce que vous racontez ?

– …

– Quoi ? »

Elle se leva à toute vitesse, décollant ses cuisses de sa chaise longue. Son visage devint rouge, elle ouvrit sa bouche tel un immense four. Une seconde passa, puis un hurlement suraigu, grinçant, douloureux, sortit de son gouffre.

« CHARLES-HEN-RI-I-I-I-I ! »

 

 

 

 

Ce petit texte est issu – après corrections et enrichissement – du jeu du dimanche soir d’un forum d’écrivains : il s’agit d’écrire, en dix minutes, un texte comprenant trois mots piochés au hasard dans le dictionnaire (les premiers des pages données par les participants). Ce soir là, les mots étaient « jurer, passé et fanatiser ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s