Les « lieux d’aisance » en camion aménagé

C’est une des interrogations les plus fréquentes. Et pour y répondre correctement, il faut plus de temps que les quelques secondes que les gens nous laissent en général. Tout le monde se pose la question, mais quand on commence à expliquer, c’est si gênant que bien souvent la conversation tourne court. Tout l’intérêt de cet article est donc de lever le voile sur le problème des toilettes (et d’y renvoyer ceux qui nous interrogeront à l’avenir).

Dans notre combi, on a un évier qui pompe dans une réserve, deux feux fonctionnant au gaz, deux lits doubles, pleins de placards, mais pas de toilettes, ni de douche.

 

Pour la douche, déjà, deux solutions. Si le temps est frais ou venteux, on oublie. On attend d’être rentrés chez nous (quand on est en week-end) ou on attend le camping (en général un jour sur deux sur les séjours plus longs). Mais si les températures sont clémentes, on utilise la douche solaire. Avec ses vingt litres on peut prendre deux douches chacun sans traîner. Il faut trouver un coin assez paumé pour pouvoir se doucher à l’abri des regards, ou bidouiller un système D.

rt09-01-douche

Mais comme la plupart des moments qu’on vit sur la route avec notre combi, la douche en plein air, c’est mythique…

 

Reste la question des toilettes. On aurait pu opter pour les toilettes chimiques. Un gros cube avec un réservoir rempli de produits chimiques pour commencer à dégrader – je suppose – les excréments, et puis encore d’autres produits chimiques en guise de chasse d’eau. Mais ça pue, c’est mauvais pour la planète, c’est très encombrant, et puis il faut les vider – beurk – dans des endroits dédiés pas forcément faciles à trouver.

Alors on a opté pour une solution beaucoup plus simple. On nous avait parlé du seau hygiénique, un seau avec un rebord arrondi pour le confort, et un couvercle. Comme cet objet s’est avéré introuvable hors internet, on s’est rabattu sur un pot, un pot d’enfant de taille assez confortable, même pour un adulte, qu’on peut trimballer de l’intérieur à l’extérieur selon nos envies…

rt09-02-toilettes

La petite commission, on la vide dans un buisson au pied du combi, un coup d’eau et c’est réglé.

Pour la grosse commission, la meilleure de nos solutions consiste à mettre un sac plastique dans le pot, puis, si c’est la nuit par exemple, quelques poignées de sciure (de la litière pour hamster) pour couvrir l’odeur. Je vous assure, ça marche. Ensuite, on ferme le sac, et zou, à la poubelle. Niveau consommation de plastique on n’est pas au top, mais niveau praticité on est plutôt bien.

Et puis sinon, dans la nature… Avec papier toilette dans la poubelle pour ne pas laisser de détritus derrière nous.

Avec tout ça,  on se met à réfléchir à cette folie qui consiste à faire nos besoins dans de l’eau potable – alors que nous savons tous que l’eau est une ressource à préserver…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s