La journée des chaussettes dépareillées

La journée des chaussettes dépareillées.jpg

Demain, c’est la Journée Mondiale de la Trisomie 21. Allez, un moyen mnémotechnique pour s’en rappeler les prochaines années, 21/3, 21 pour 21, et 3 pour Trisomie.

Douze ans déjà que cette journée existe, différents évènements proposés pour l’occasion, dont une initiative à la fois amusante et facile : porter ce jour-là des chaussettes dépareillées… Un éloge de la différence. Un tout petit geste pour changer notre regard sur ces personnes que l’on définit comme « handicapées » alors qu’on pourrait les voir juste comme « différentes ».

Le débat de mots s’invite, encore, quand on parle de cette maladie génétique. Pourquoi ne pas choisir de dire qu’une personne est « porteuse » plutôt qu’« atteinte » de trisomie ? Une fois de plus, je suis sensible aux mots (comme pour la « situation de handicap » dont je parlais ). Et pour le coup, de « atteint » à « porteur », on ne perd pas de précieuses secondes de parole…

Demain, bien sûr, je mettrai des chaussettes dépareillées. Et les jours suivants, je continuerai à essayer de considérer les humains au delà du handicap.

A l’heure où Mélanie a présenté la météo sur France 2, à l’heure où l’on promeut la différence en se drapant de politiquement correct… on continue à pratiquer systématiquement le tri-test sur les femmes enceintes. Un test permettant de calculer une probabilité d’anomalie génétique chez le fœtus. Un test qui peut conduire à une amniocentèse quand le nombre est « mauvais », pour savoir de façon catégorique si notre bébé est « normal ». Je me questionne : si l’on fait toute cette démarche et que l’on découvre que notre enfant à naître est porteur de trisomie… Est ce que le diagnostic est un moyen de préparer sa venue au monde, ou une possibilité ouverte d’interrompre la grossesse ? J’entends la liberté de choix. Mais ce qui m’interroge, c’est que l’on ne se pose aucune question en amont du tri-test. L’ordonnance est systématique. Puis l’on flippe sur les probas. On est terrorisés. On ne réalise plus qu’une chance sur dix d’avoir un enfant malade c’est neuf chances sur dix qu’il n’ait rien. Pour moi, ce tri-test participe à la peur du handicap largement répandue dans la société. Il n’y a guère que les personnes en contact direct avec le handicap pour questionner leur peur et tenter de s’en défaire.

Enceinte de mon aîné, je commençais à peine à travailler avec des élèves en situation de handicap mental. J’avais fait le tri-test comme tout le monde, sans m’interroger. La proba était bonne, j’avais passé mon chemin. Pour ma seconde grossesse par contre, j’avais évolué, jusqu’à considérer que les interruptions médicales de grossesse pour des fœtus porteurs de trisomie 21 constituaient de fait un moyen de supprimer certaines personnes, car handicapées. Si l’on peut un jour détecter en prénatal tous les handicaps, voudra-t-on tous les supprimer ? «S’ils sont handicapés, mieux vaut qu’ils ne viennent pas au monde.» Quelle est la part d’eugénisme dans cet état de fait ?

Le site de la Journée Mondiale de la Trisomie 21 cite Wikipédia : « C’est l’une des maladies génétiques les plus communes, avec une prévalence de 9,2 pour 10 000 naissances vivantes, aux États-Unis. Avec les progrès de la médecine et le suivi paramédical, la qualité de vie des personnes porteuses de trisomie 21 s’est considérablement améliorée, ainsi que leur espérance de vie. Ces personnes sont également connues pour la qualité de leurs relations avec les autres. » En réalité, les personnes porteuses de trisomie 21 sont heureuses, aimantes, vivantes et exceptionnelles au vrai sens du terme. Mais combien sont supprimées dans le ventre de leur mère ?

Enceinte de ma fille, donc, j’ai refusé le tri-test. Parce que quoi qu’il aurait été, j’aurais refusé l’amniocentèse. Parce que dans notre couple nous aurions accepté un enfant porteur de trisomie. Je ne dis pas que c’est une évidence, chez nous on en a discuté très sérieusement, et j’ai argumenté en utilisant mes connaissances, mon expérience, des éléments par forcément connus de ceux qui ne s’intéresse pas au thème du handicap. Une fois notre décision prise, j’ai du l’affirmer avec assurance, affronter l’étonnement et les questionnements du corps médical, et même signer une décharge. Je ne parlerai même pas des craintes de mon entourage, sur le mode « j’aurais du mal à accepter un trisomique dans la famille ». J’avais beau leur dire que l’enfant pouvait tout à fait être autiste et que cela ne se voyait pas dans le ventre. « Mais ce n’est pas pareil, je préfère, autiste. » J’ai décidé de tolérer aussi ces mots là et de parler le langage du cœur.

Vous aussi, lecteurs, lectrices, faites passer le message, et pour demain, à votre tiroir de chaussettes !

10 réflexions sur “La journée des chaussettes dépareillées

  1. Maman BCBG dit :

    Merci, mais vraiment merci du fond du cœur pour cet article.

    De mémoire, je crois que 96, ou 98% des enfants atteint de trisomie 21 ne voient pas le jour. Je comprends tout à fait le tsunami que cela doit représenter pour de futurs parents, mais ne pourrait -on pas essayer de les rassurer et de montrer que la société les épaulera dans ce chemin avec cet enfant « différent » avec toutes les aides possibles, des structures respectueuses et surtout, surtout, un regard bienveillant ? Le choix n’est -il pas biaisé si, en plus de s’imaginer accueillir un enfant atteint de trisomie, il faut aussi se résigner à se battre tous les jours contre les regards, les réflexions, les difficultés matérielles et administratives ?

    De plus il faut rajouter que l’amniocentèse est une pratique médicale qui ne va pas sans risques (1% de risques de générer une fausse couche… ce n’est quand même pas anodin)

    Je ne savais pas pour les chaussettes dépareillées, j’en mettrai demain 😉
    Puis je partager le mur FB de mon blog ton article??

    J'aime

  2. SoDeb dit :

    Merci de ton accueil, quelle émotion de lire tes mots !
    Oh oui partage ! L’info doit circuler…
    Et oui, effectivement les risques de l’amniocentèse rentraient aussi en compte, en ce qui me concerne, dans mon refus d’une telle pratique… quand on contrebalance le risque de fausse couche et le gain potentiel (éliminer un handicap) ça file le tournis !

    Aimé par 1 personne

  3. Audrey dit :

    Magnifique texte !! ❤ "En réalité, les personnes porteuses de trisomie 21 sont heureuses, aimantes, vivantes et exceptionnelles au vrai sens du terme." …. Alala cette peur de la différence, quelle tristesse. Elle s'applique aussi à toute personne PORTEUSE d'une Envie de changement dans ce monde d'ailleurs 😉

    J'aime

  4. Sarah dit :

    Coucou ,Sympa ton article mais je ne suis pas de ton avis Pour Les tests ,il y a 15 ans Quand j ai eu Ma fille malheureusement on ne me l avait pas proposé et j ai une fille en situation de handicap et je peux te dire que Si j avais Su ,je ne l aurais pas gardé car aujourd’hui après 15 Ans De vécu je peux te dire que cela n est pas une partie de plaisir au quotidien malheureusement ,Pour Ma 2 eme on me l a proposé et je l ai fait et heureusement car sinon j aurais eu un 2 eme enfant différent ,et je ne me voyais pas du tout revivre la même chose !entre dépression ,lassitude ,faire le deuil de l enfant parfait comme on se l imagine ,bisous

    J'aime

    • SoDeb dit :

      Merci pour ce partage Sarah. Chaque histoire est unique et chaque famille construit la sienne. Je ne peux pas me mettre à ta place c’est certain… et je me dis bien que mon point de vue n’est pas universel, c’est juste le mien.

      J'aime

  5. Crevette de Mars dit :

    Le tri-test me pose beaucoup question aussi. Je ne savais pas qu’il était systématique, ça pose encore plus question…
    Systématiser ce test c’est une forme d’agravation de cette anomalie selon moi (je ne trouve pas la formulation qui convient mais je veux dire : en aurait-on autant peur si on n’en faisait pas tout un pataquès ? Moi je ne pense pas.)
    Merci pour cet article (et merci pour avoir attiré mon attention sur « porteur de trisomie 21, je n’y avais jamais fait vraiment attention alors qu’effectivement la différence est importante.)

    J'aime

    • SoDeb dit :

      Merci pour ton commentaire, et effectivement je suis d’accord avec ce que tu dis, comme le test est systématique, on se dit que ce qu’il détecte est vraiment très grave, invivable, insurmontable… alors que… peut être pas…
      Peut être que c’est l’inverse, peut être que la différence est une chance.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s