[Lecture] « L’enfant qui mesurait le monde » de Metin Arditi

L03 imageL’enfant qui mesurait le monde, c’est le genre de livre qu’on traîne de partout avec soi, pour lire une page dans une salle d’attente, deux chapitres dans le bus ou un petit peu plus si l’on a la chance de tomber dans les embouteillages. Un livre qui nous emmène, loin, sous le soleil grec, dans ces paysages d’une beauté chaude crue et simple, un livre qui happe avec une extrême douceur. Le contexte est amer, pourtant : la Grèce dans la tourmente de la crise, acculée par sa dette, l’Europe, les créanciers et les comptes à rendre… Mais on s’attache à ces personnages, à leur humanité et leur histoire comme un tourbillon entraînant, on a l’impression d’être là-bas, avec eux, de leur tenir la main. Le garçon autiste m’a touchée tout particulièrement avec sa différence extraordinaire, sa présence inouïe, son lien secret avec le lecteur… Il faut dire que l’autisme est un sujet redondant dans ma vie, et sur ce blog aussi (j’en parle ici et ).

Dans L’enfant qui mesurait le monde, on suit cet enfant, donc, qui compte les éléments du monde autour de lui, les compare et essaie de réparer le désordre généré par le changement. On s’attendrit de la morosité de sa mère, de sa fatigue solitaire. On suit Eliot, le vieil homme, sur son chemin de vie, comme si l’on était un peu lui, à la fois étranger et habitant de cette petite île grecque oubliée. On sent le lieu, son énergie, sa beauté.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce livre, une belle découverte et peut-être même un roman parfait pour l’été…