[Lecture] « 37,2° le matin » de Philippe Djian

L16 imgJ’ai lu ce roman après l’avoir attrapé un peu par hasard sur une étagère poussiéreuse. Un livre paru en 1985 qui avait du être lu, il y a fort longtemps, par ma mère ou par mon père – peut-être les deux. Je portais en moi un souvenir flou du film tiré de cet ouvrage, j’étais en manque de lecture, abandonnée sans roman entre les mains, il ne m’en fallait pas plus pour me retrouver avec « 37,2° le matin » sous les yeux.

Je l’ai lu sans passion dévorante, mais avec le désir de poursuivre l’histoire, de découvrir la suite de cet enchaînement dément. Ce livre raconte une histoire d’amour fou entre le narrateur et la belle Betty. Il est le roman d’amour le plus brut, le plus tranchant et le plus réaliste qu’il m’ait été donné de lire ces derniers temps. Il est surtout un roman sur la folie insidieuse qui craquelle des vies ordinaires. Tout au long de la narration, les crises s’enchaînent, et entre chacune d’entre elles les respirations se font de plus en plus angoissées, comme si l’on n’avait pas droit à ces parenthèses de bonheur, comme si la vie n’était que l’attente du drame à venir.

Je me suis particulièrement attaché au personnage du narrateur, cet écrivain qui s’ignore et qui n’aspire qu’à une vie simple aux côtés de la femme qu’il aime.

Et en refermant ce livre, j’ai eu envie de retrouver cette histoire sur écran, puis de lire peut-être un jour d’autres ouvrages de Philippe Djian. Lectures à suivre, donc…

Un calendrier de l’avent non matériel

Un calendrier de l avent non materiel

Cette année, j’ai eu envie d’un calendrier de l’avent un peu différent. Le constat de base, c’était cette sensation d’écoeurement assez prégnante devant la surconsommation indécente de la période de Noël (et je ne parle même pas du Black Friday), à laquelle s’ajoute le dégoût du plastique à tout va. Impossible, dès lors, de faire dans le calendrier à base de babioles en plastique comme les années précédentes. Et comme on n’est pas non plus fanatiques des calendriers à base de chocolat ; mais que la période de l’avent conserve un sens important pour les enfants – et pour nous aussi – il fallait vraiment trouver une solution… D’où ce calendrier de l’avent non matériel.

A chaque jour correspondra une activité en famille : bricolage, cuisine, jeu, sortie… Le coût de ce calendrier, pour deux enfants : presque zéro euro. Mais l’essentiel est bien là : attendre la grande fête familiale de Noël en passant des bons moments ensemble et profiter d’un petit rendez-vous plaisir (et surprise) au quotidien pour nous aider à patienter jusqu’au jour J. J’espère juste que, sur ce coup là, mes enfants ne seront pas trop matérialistes, eux qui aiment tellement leurs petites figurines en plastique…

Vous aussi vous voulez tester le calendrier de l’avent non matériel ? C’est archi simple. Vous faites votre calendrier d’activités, en fonction des habitudes de votre famille et des jours de la semaine, un système d’enveloppes numérotées, et le tour est joué. Moi j’ai repris les enveloppes – numéros glissées entre les livres de la bibliothèque, qui m’avaient servies pour un calendrier de l’avant sous forme de chasse au trésor.

Vous peinez à trouver 24 activités familiales différentes ? Je suis sûre qu’internet regorge d’idées de toute sortes, et puis sinon, voici les miennes :

idees_calendrier_avent_non_materiel

Le calendrier non matériel vous tente ? Vous le pratiquez déjà ? Vous avez d’autres idées d’activités ? Laissez-moi un petit commentaire !

[Lecture] « La fabrique des coïncidences » de Yoav Blum

L15 imgLa fabrique des coïncidences est un roman à l’intrigue originale dans lequel on se laisse embarquer assez facilement.

Guy est un faiseur de coïncidences. Avant d’embrasser cette carrière d’agent secret – secret avant d’être agent – il était ami imaginaire… Pendant sa formation de faiseur de coïncidences, il a rencontré Emily et Eric. Et maintenant qu’ils connaissent tout des liens de cause à effet et des moyens d’agir sur les décisions d’autrui, ces trois là provoquent des rencontres amoureuses, font germer des idées scientifiques, révèlent des carrières artistiques ou déclenchent des évènements particuliers en suivant les consignes des ordres de mission qui leur parviennent de manière mystérieuse. (D’ailleurs, si vous voulez jouer au faiseur de coïncidence et recevoir votre propre ordre de mission, vous pouvez aller faire un tour ici.)

Une fois que l’on est entré dans l’univers tout en douceur de ce livre, on suit la trame qui avance assez vite, jusqu’au retournement final… Et pour le coup, même si j’avais bien compris que c’était une histoire pour sourire plus que pour s’interroger très profondément sur la nature humaine, le dénouement est tellement parfumé à l’eau de rose qu’il me laisse au bord de l’écoeurement. Trop de sucre nuit au goût, et c’est dommage parce qu’à côté de cela, ce roman est un questionnement assez réussi sur les rapports entre destin et libre arbitre…

Devine quel âge j’ai eu à la cantine aujourd’hui ?

Devine quel age j ai eu

Nous avons tous connu ces verres de cantine numérotés dont on comparait les âges fictifs.

Nos enfants jouent le même jeu dans les cantines de leurs écoles. Les verres numérotés en pirex sont l’un de ces nombreux traits d’union entre nos enfants et nous, entre leur enfance et notre enfance. Comme les billes, les jeux de société mythiques auxquels nous jouions avec nos parents ou les romans marquants de nos premiers pas de lecteur…

Observer mes enfants qui grandissent, c’est revivre des bribes de ma propre enfance, et ce faisant tisser des liens supplémentaires entre eux et moi, entre mon homme et moi, entre mes parents et moi, même.

Lorsque je tiens les petites mains de ma fille pour l’aider à casser un œuf sur la tranche du saladier, je me souviens du geste identique de ma mère avec moi. Quand je feuillette un catalogue de jouets avec mon fils et que je pointe Mastermind en lui expliquant à quel point ce jeu est génial, ce sont des émotions d’enfant qui vibrent dans mon crâne. Et quand j’écris avec eux leurs « lettres au Père Noël », c’est encore un rendez-vous avec mes désirs d’enfant.

J’ai tant de fois l’impression de rajeunir, en regardant vivre mes enfants et en vivant à leur côtés, au contact de leur naturel et de leur enthousiasme.

En plus, chez moi, Noël est la période idéale pour les réminiscences d’enfance…

Et chez vous ?

[Lecture] « The End » de Zep

L14 imgCette bande dessinée est arrivée dans mon cheminement de lectures juste après La route. Ses images de forêt et ses dessins doux à la coloration monochrome m’ont dès lors ressourcée, après la lecture éprouvante du roman post-apocalyptique de Cormac McCarthy. Dans le même temps, les histoires sont entrées en résonance, et encore une fois l’enchaînement (hasardeux – je vous l’ai déjà dit, l’ordre de mes lectures n’est souvent dicté que par la date de retour en bibliothèque) de l’une avec l’autre induit une étrange sensation de perfection.

L’histoire : Un petit groupe de scientifiques étudient les substances émises par les arbres d’une réserve naturelle. Le professeur dirigeant ces recherches défend l’idée selon laquelle les arbres, outre leurs capacités de communication et de défense contre les prédateurs, renferment dans leur génome l’intégralité de l’histoire de la planète.

Bien entendu, je ne vous en révèlerai pas davantage sur le mystère que vont découvrir les protagonistes de cette histoire… Je vous dirai juste que c’est une bande dessinée très réussie, utilisant comme point de départ des données scientifiques réelles sur la communication des arbres (j’en parlais , d’ailleurs, rappelez vous…).

Voilà en tout cas un album de Bande Dessinée qui me donne envie de redécouvrir le genre, entre deux romans…

Quand je vis en nomade…

Quand je vis en nomade

Quand je vis en nomade, je crois, parfois, que je ne pourrai plus jamais vivre autrement. J’aime croire, pour quelques jours ou quelques semaines, que je pourrais renoncer au confort d’une maison pour la liberté d’un lieu chaque jour différent. Pour la beauté du passage, en pleine nature, du jour à la nuit, de la nuit au jour. Pour l’intensité de cette vie, au plus proche de ce qu’est, en fait, la vie. Bouger, regarder, manger, dormir, recommencer.

A la fin de nos vacances d’été, après des semaines de chaussures de marche et d’opinel dans la poche, je n’arrivais pas à m’imaginer revivre en ville.

Quand je vis en nomade 2

Nous sommes rentrés à Marseille, et un midi de la fin du mois d’août, ce reportage est passé à la télévision. A l’écran, nous avons découvert assez hébétés comment cet homme avait vécu, pendant plusieurs mois, principalement de cueillette, marchant toute la journée, dormant dans un hamac sous une bâche, se lavant à sec à la poudre d’argile… Avec cette « initiation à la vie sauvage », Vianney voulait prouver que l’homme pouvait vivre en autonomie dans la nature. Comme une version très augmentée de notre nomadisme de loisir…

Je reviens toujours avec bonheur, finalement, au cocon de notre vie sédentaire. A la chaleur d’un radiateur l’hiver, à la sécurité d’un mur tout autour de nous la nuit, à la douce habitude d’une vue par la fenêtre. Cette sédentarité, je l’apprécie d’autant plus que la vie nomade m’appelle à chaque période pas trop fraîche de vacances…

 

En attendant les escapades de printemps, voici les quelques images du retour du combi réparé (Brest – Marseille en 4 jours) pendant les vacances de la Toussaint, photos prises au portable, sans filtre ni aucune retouche… (ça fait gagner du temps !).

Bivouac nuit 1 sur le golfe du Morbihan :

RT22 01

RT22 02

RT22 03

RT22 04

Route jour 2 :

RT22 05

Bivouac nuit 2 vers Saintes :

RT22 06

Bivouac nuit 3 vers Albi :

RT22 07

RT22 08

RT22 09

RT22 10

Route jour 4 :

RT22 11

Arrivée à Marseille :

RT22 12

RT22 13

RT22 14

Poussettes interdites ?

Poussettes interdites

Vous aurez lu ou entendu cette info, peut être. Un collectif de parents marseillais a fondé un « Syndicat des poussettes enragées » pour dénoncer les problèmes rencontrés par les familles dans notre ville : trottoirs impraticables, voitures reines, transports en communs non accessibles, manque de place en crèche, mauvais état des écoles, piètre qualité des cantines, rareté des espaces verts…

Quand on met bout à bout tous ces constats, Marseille apparaît comme une ville dans laquelle les enfants ne sont pas du tout les bienvenus. Et j’ai beau apprécier ma belle ville, mon « amoureuse », l’aimer à la folie pour sa beauté, sa folie et sa chaleur, je ne peux pas contredire ces faits.

Je me souviens encore de ce jour, mon fils avait dans les un an et je suis allée au musée avec une amie. J’ai été fort surprise de devoir laisser ma poussette au vestiaire. « Les salles d’expositions sont interdites aux poussettes. » (Il y a pire, cela dit, dans le genre musée inaccessible.) Je n’ai pas pu m’empêcher de penser que c’était bien commode pour éviter les bébés… Mais j’ai sorti ma mini écharpe filet de mon sac et j’ai porté mon fils contre moi pendant toute la visite guidée. J’ai fait semblant de ne pas voir le regard noir d’une des femmes du groupe quand mon bébé a commencé à râler et que j’ai sorti mon sein pour le calmer, debout un peu à l’écart dans la salle d’exposition.

Quand la poussette n’était pas la meilleure des solutions, j’ai porté mes enfants, sur le ventre, sur le dos, puis sur les épaules… Et peu à peu, la fameuse poussette – l’achat incontournable de ma première grossesse – a pris la poussière dans un coin de mon appartement.

Finalement, au fil des années, je me suis fabriquée une jolie vie de famille dans cette ville qui n’accueille pas toujours bien les familles. Je sais où vaquer, quand et comment. Quelles activités proposer à mes nains, où aller respirer.

N’empêche qu’aujourd’hui, le Syndicat des poussettes enragées marseillais fait les couvertures de la presse nationale, et prépare une parade de Noël revendicative pour le 8 décembre (à suivre sur leur page Facebook). Dans le même temps, l’association Autour de l’Enfant (dont je suis fière de faire partie) lance un concept de salles d’allaitement à Marseille ; la première était à la foire de Marseille il y a quelques semaines (j’en parlais là). L’accueil des familles dans les lieux publics devient un sujet, je ne peux que m’en réjouir…

Et vous, qu’en pensez-vous ? Les non marseillais, c’est comment chez vous ?

 

 

Pourquoi ce blog ?

Pourquoi ce blog

Je vous avoue que c’est une question que je me pose parfois. En trois ans de « blogging » j’ai rencontré des moments de doute assez intenses, des moments où l’écriture ne vient plus, où l’inspiration se délite, où tout le reste prend le dessus sur ce que je vis ici.

Et puis je reviens toujours.

Après trois ans – et 266 articles – ce blog condense de très nombreux souvenirs auxquels je tiens particulièrement, avec l’immense avantage de leur éviter la poussière et le moisi d’une cave humide.

Il me permet, surtout, de partager des convictions qui méritent, selon moi, d’être soufflées au plus de monde possible. J’ai essayé, pour cet anniversaire, de retrouver quelques uns de mes articles les plus révélateurs.

Il y a, d’abord, bien sûr, les articles sur la maternité…

Sur l’amour entre parents et enfants : Il n’y a pas de « parce que » dans mes « je t’aime »

Et ces sujets de tension, parfois, que sont par exemple le sommeil et l’allaitement :

Le sommeil des bébés, ce sujet de déchirure

Allaitement long, très long, très très long

L’allaitement c’est partout

Enfin, j’ai un attachement tout particulier à cet article sur Le corps des mères.

Au delà de la maternité, avoir un blog pour moi c’est l’occasion d’écrire le recul que je prends, parfois, sur ma vie, comme dans Pourquoi je laisse ma cape de super-woman au placard ou bien La revendication de la lenteur.

Mais ce qui m’aide surtout à me ressourcer, vous le savez si vous passez ici de temps en temps, ce sont les moments en pleine nature avec notre combi, ces temps de Bivouac.

Il y a aussi les grands sujets. L’écologie :

Le plastique c’est pas fantastique

Tester les couches lavables ? C’est par ici ! (Cet article là recense tout ce que j’ai appris et appliqué concernant les couches lavables, c’est une mine d’informations !)

Le sexisme ou le handicap – ce grand invisible de notre société.

La lecture, dernière arrivée sur ce blog. L’article Quelle place pour la lecture ? évoque d’ailleurs un projet rêvé pour mon collège (Silence on lit, on en parle en ce moment dans les médias…) comme cet autre article Une cour de récré est faite pour jouer !

Tout est ouvert, donc. A écrire, à poursuivre, à reprendre, à redire, à agir… Encore et encore.