[Lecture] « Vernon Subutex » de Virginie Despentes

L29 img

J’ai voulu lire du Despentes, après la découverte libératoire de King Kong Théorie, et j’ai commencé par Vernon Subutex. Trois tomes pour une histoire. Histoire de bouffer vraiment du Despentes…

Je peux dire que j’ai été servie. J’ai dévoré les trois livres, mais l’avantage de la quantité c’est que même en avalant les pages à un bon rythme la traversée dure longtemps.

Pendant des semaines, j’ai vécu avec Vernon, j’ai marché et dormi à ses côtés. J’ai été la groupie, la maîtresse délaissée, l’amie blasée. J’ai partagé au quotidien mon univers avec celui de ce personnage si particulier, à la fois envoutant et un peu minable.

Et que dire de tous ceux qui gravitent autour de lui ?

Le génie de Despentes, c’est de les rendre si vivants, si réels, que quand je les ai vus sur l’écran de ma télé, quelque temps après avoir fini ma lecture, j’ai eu l’impression de retrouver de vieilles connaissances…

Je vous donne juste le début de l’histoire. Vernon Subutex est un ancien disquaire ayant fermé boutique il y a quelques années. Un matin, après des mois de loyers impayés, il est expulsé de chez lui.

Vous n’en saurez pas plus ici.

Enfin, juste quelques mots sur Despentes si vous ne connaissez pas sa plume… C’est moderne, rock, il y a du sexe et de la vie, de la poussière et de la ville, et ses histoires s’inscrivent dans un moment de l’époque contemporaine, dans une actualité que l’on a vécue. En tout cas, son univers me parle, à moi, parce qu’il est si proche du monde dans lequel je vis depuis toujours…

Lisez Vernon Subutex.

Vraiment.