[Lecture] « Arcadie » de Emmanuelle Bayamack-Tam

L17 img« Arcadie » est un roman tout à fait hors-normes, tout comme son héroïne et les personnages de la communauté libertaire dans laquelle elle a grandi. Au delà de la truculente et enthousiasmante galerie de personnages, grand-mère naturiste et lesbienne, mère électrosensible et inconsistante, chef spirituel aussi charismatique que lubrique… à Liberty House, tous sont inadaptés, voire frappés de tares les éloignant irrémédiablement de la société. Alors c’est vrai, j’ai une attirance particulière – probablement étrange – pour les « anormaux » de toute sorte, eux qui sont une ode à l’extraordinaire de notre humanité, un trésor dissimulé… Mais la force d’Arcadie est plus profonde encore, dans sa modernité mordante, dans l’intensité des questions soulevées au fil des pages, dans sa langue aussi truculente que littéraire. Ce livre solaire et vibrant est de ceux qui donnent terriblement envie de vivre, de jouir, et de lire encore…

Au moment où je le referme, je continue à me questionner, à l’instar de Farah : « Qu’est ce qu’être une femme ? », sans distinguer pour l’instant de réponse qui me convienne.

Pour cette question et les autres, pour les images lumineuses qu’il convoque, pour le bonheur fou que j’ai éprouvé en le lisant, je crois que ce livre fera partie de ceux qui restent. Et vous le savez, au final, il y en a peu, de ceux là…

Quand je vis en nomade…

Quand je vis en nomade

Quand je vis en nomade, je crois, parfois, que je ne pourrai plus jamais vivre autrement. J’aime croire, pour quelques jours ou quelques semaines, que je pourrais renoncer au confort d’une maison pour la liberté d’un lieu chaque jour différent. Pour la beauté du passage, en pleine nature, du jour à la nuit, de la nuit au jour. Pour l’intensité de cette vie, au plus proche de ce qu’est, en fait, la vie. Bouger, regarder, manger, dormir, recommencer.

A la fin de nos vacances d’été, après des semaines de chaussures de marche et d’opinel dans la poche, je n’arrivais pas à m’imaginer revivre en ville.

Quand je vis en nomade 2

Nous sommes rentrés à Marseille, et un midi de la fin du mois d’août, ce reportage est passé à la télévision. A l’écran, nous avons découvert assez hébétés comment cet homme avait vécu, pendant plusieurs mois, principalement de cueillette, marchant toute la journée, dormant dans un hamac sous une bâche, se lavant à sec à la poudre d’argile… Avec cette « initiation à la vie sauvage », Vianney voulait prouver que l’homme pouvait vivre en autonomie dans la nature. Comme une version très augmentée de notre nomadisme de loisir…

Je reviens toujours avec bonheur, finalement, au cocon de notre vie sédentaire. A la chaleur d’un radiateur l’hiver, à la sécurité d’un mur tout autour de nous la nuit, à la douce habitude d’une vue par la fenêtre. Cette sédentarité, je l’apprécie d’autant plus que la vie nomade m’appelle à chaque période pas trop fraîche de vacances…

 

En attendant les escapades de printemps, voici les quelques images du retour du combi réparé (Brest – Marseille en 4 jours) pendant les vacances de la Toussaint, photos prises au portable, sans filtre ni aucune retouche… (ça fait gagner du temps !).

Bivouac nuit 1 sur le golfe du Morbihan :

RT22 01

RT22 02

RT22 03

RT22 04

Route jour 2 :

RT22 05

Bivouac nuit 2 vers Saintes :

RT22 06

Bivouac nuit 3 vers Albi :

RT22 07

RT22 08

RT22 09

RT22 10

Route jour 4 :

RT22 11

Arrivée à Marseille :

RT22 12

RT22 13

RT22 14

Ecrire sous pseudo

64-ecrire-sous-pseudo

Avez-vous entendu parler de l’affaire Elena Ferrante ? Romancière italienne très connue, elle n’a jamais voulu révéler ni son véritable nom, ni son visage. Mais son magnifique succès a attisé, depuis des années, la curiosité de tous, et la recherche de son identité est devenue un jeu national en Italie.

Le secret a subitement été rompu il y a moins d’un mois, quand un journaliste a révélé, au terme d’une enquête particulièrement intrusive (avec notamment vérification de fiches de paye et du prix d’achat d’appartements à Rome) l’identité (supposée) d’Elena Ferrante. Si vous voulez en savoir plus sur cette affaire, l’émission culturelle Stupéfiant ! de mercredi 26 octobre y a consacré une chronique, il vous reste quelques jours pour la voir «en replay». (Au passage, je vous recommande chaudement cette émission sur France 2, car même quand les sujets, de prime abord, ne semblent pas attractifs, il s’avère que « La culture est une drogue dure ».)

Après ce reportage, je m’interroge. Pourquoi chercher à tout prix à lever le voile sur l’identité d’un artiste qui souhaite rester anonyme ? De tout temps des écrivains ont usé de pseudos, pour des raisons variées. Jeu, discrétion, sexisme, attractivité du nom… Pourquoi vouloir déflorer ce mystère ?

Dans mon cas, la notoriété n’est pas un problème – vu que je suis tout sauf connue, mais je souhaitais quand même ne pas coller mon vrai nom sur mon profil Facebook. Alors j’ai choisi l’acronyme d’un jeu de mot construit en accolant mes deux noms de famille – de jeune fille et de femme mariée. Le pseudo obtenu s’avère, pour moi, plus original que chacun de mes vrais noms.

Au quotidien, c’est pas toujours facile de jongler avec trois noms : mon nom de jeune fille dans mon adresse mail et au travail (par facilité car je suis rentrée dans l’Education Nationale sous ce nom) ; mon nom d’épouse dans ma vie quotidienne ; mon nom d’écrivain sur internet et quand je fais de la promo pour mon blog.

Les gens qui me connaissent dans la vraie vie font le lien entre ces trois noms. Les autres n’ont pas besoin de connaître le nom de mon mari et de mes enfants.

Je crois qu’écrire sous pseudo, c’est une liberté qui ne nuit à personne.