Bienveillance ou tradition, l’éducation en question

Bienveillance ou tradition l education en question

Il semble impossible d’écrire un article neutre à ce sujet, tant les parents s’entre-déchirent entre partisans d’une éducation dite traditionnelle incluant pour certains des fessées « n’ayant jamais tué personne » et adeptes de l’éducation bienveillante qui tentent de bannir même les cris…

A défaut de neutralité j’essaierai de mettre un peu de distance pour témoigner de cette évolution que nous ne pouvons pas ignorer. Depuis quelques années déjà, il semble que l’on s’interroge davantage sur la bienveillance à l’égard des enfants, que ce soit les parents, les professionnels de la petite enfance ou même l’éducation nationale, la bienveillance se diffuse.

La bienveillance se diffuse… comme ces petits films « Les mots qui font mal » à la télévision et sur internet depuis le 15 septembre 2017 qui expliquent comment les mots blessants reçus pendant l’enfance peuvent marquer un individu à vie.

Ainsi la remise en question souffle doucement sa petite mélodie sur chacun d’entre nous. Certains jours plus que d’autres, certes. Mais il suffit presque d’être parent et d’avoir un compte sur un réseau social pour voir se multiplier les sollicitations de type articles, astuces et formations de parentalité positive. La bienveillance, jusqu’à l’écœurement parfois, avec maladresse souvent, au point d’être perçue comme agressive – ou juste non bienveillante – par nombre de parents faisant face à leurs imperfections… Moi aussi j’ai parfois repoussé les injonctions à « ne plus faire ces bêtes erreurs éducatives », mi agacée mi amusée par ces donneurs de leçon. Parler éducation bienveillante nécessite, je crois, de redoubler de bienveillance à l’égard des… parents.

La bienveillance se diffuse, mais la loi reste bloquée… Celle qui visait symboliquement à supprimer le « droit de correction » sur les enfants – pour faire court les fessées et autres punitions impliquant un désagrément physique – a été censurée par le conseil constitutionnel le 26 janvier 2017 après avoir pourtant été votée par l’assemblée nationale. La courte période pendant laquelle cette loi fut annoncée comme imminente aura-t-elle suffit à faire changer les mentalités ? Ou n’aura-t-elle été que l’occasion d’entendre ceux qui, sous prétexte qu’ils ont reçu des fessées et n’en sont pas morts, ne voient pas pourquoi l’on renoncerait à frapper les enfants ?

Alors c’est vrai, pour l’instant on a encore deux clans prêts à s’affronter jusqu’à la mort. Je n’ose même plus lire les commentaires accompagnant certains articles sur internet tant ils peuvent être haineux. A chaque fois je m’interroge : comment peut-on être aussi acerbes entre parents, alors que nous poursuivons tous le bien de nos enfants, que nous partageons les mêmes difficultés quotidiennes, que nous vivons les mêmes questionnements ?

 

Et vous ? Faites-vous partie de ceux qui questionnent leur éducation ? Que pensez-vous de cette opposition acide entre « tradition » et « bienveillance » ?

Les stéréotypes de genre expliqués à mon fils

Les stereotypes de genre expliques à mon fils

Ses yeux s’ouvrent grands, deux billes bleues qui fixent le grand-père avec intensité. Elle tend sa minuscule main, paume ouverte, vers le biscuit inaccessible. Elle commence à geindre. A peine une plainte, d’abord. Son papi lui propose le doudou abandonné sur la table, puis la poupée, le chapeau, la figurine, le gribouillage réalisé quelques heures plus tôt. Le râle se transforme en pleurs criards, avec des pointes vers les aigus et des sanglots tout au fond. Le grand-père s’excuse, il ne comprend pas. Mais la petite est allongée par terre désormais, elle tape des pieds, elle se tortille dans tous les sens, et crie de plus en plus fort.

« Qu’est ce qu’il se passe ici ?

– Je ne sais pas ce qu’elle veut. Je lui ai proposé tous les jouets de la table, elle a tout repoussé.

– Mais ma poupette, susurre la grand-mère, essaie de nous dire ce que tu veux ! »

Tout à coup, les hurlements cessent. La petite Elise se relève, les yeux baignés de larmes, la morve coulant du nez. Elle regarde, implorante, son grand-père, et murmure : « Veut un biki. »

Le grand-père interroge son épouse du regard.

« Un biscuit, traduit-elle.

– Et le mot magique ?

– Pipeplait Papi. » Elle penche la tête et offre un sourire timide.

Les grands-parents, interloqués, observent leur petite fille passer des pleurs au rire en quelques secondes. La mamie mouche son nez, et le grand-père lui explique qu’elle ne doit pas se mettre dans de tels états pour un pauvre biscuit.

Pour Elise, le chambardement est déjà loin derrière. Elle croque dans son biscuit, radieuse. Puis elle dévisage son grand-père qui converse, et à la fin de sa logorrhée conclut de sa petite voix charmeuse : « D’accord Papi. »

« Alors celle là, c’est vraiment bien une fille ! » lance la grand-mère. Puis elle retourne à sa cuisine.

Moins d’une heure plus tard, l’odeur de gâteau au caramel leur saute au nez lorsqu’il entrent dans l’appartement. Thomas jette son sac à travers l’entrée au moment où la grand-mère tourne la tête dans sa direction. « Qu’est ce qu’il t’arrive ? » s’écrit-elle.

Le grand-père, sur les talons de son petit-fils, lui fait signe de se taire. Elle entame une autre question, mais son époux lui coupe la parole. « Laisse-le arriver ! »

Le ton est sans appel, et la mamie observe en silence la mine renfrognée du jeune garçon.

Il s’installe dans un fauteuil, la tête engoncée dans ses épaules, le visage fermé et dirigé vers le sol.

« Tu as passé une mauvaise journée à l’école ? » demande encore la grand-mère.

Son époux lève les mains, près à intervenir, à nouveau, pour lui faire tenir sa langue.

« Je me suis disputé avec mes copains. » Le papi interrompt son geste. « Ils m’ont dit que j’étais une fille parce que j’ai un jouet de fille. »

Et le jeune garçon raconte tout. Il parle de ce jouet qu’il trouvait vraiment super, un piano avec les personnages de la Reine des Neiges dessus. Il était tellement content que ses parents lui aient acheté ce cadeau qu’il s’en était vanté à l’école. Mais ses copains s’étaient moqués de lui. Ils avaient ricané que la Reine des Neiges c’était un dessin animé de fille. « D’ailleurs, le piano est rose, et ils m’ont dit que c’était une couleur de fille. Mais moi j’aime bien la Reine des Neiges. Est ce que ça veut dire que je suis comme une fille ?

– Mais non chéri, tu es un garçon voyons, répond la grand-mère.

– Tu as aussi beaucoup de jouets de garçon, surenchérit le grand-père. »

Et tous deux lui dressent la liste de ses jouets virils. Camion de pompier, épée de chevalier, figurine de super-héros, déguisement de pirate… Peut-être pourra-t-il laisser le piano Reine des neiges à sa petite sœur.

Mais Thomas reste boudeur. Pour lui même il chuchote des phrases incompréhensibles, la colère et la tristesse transpirent sur son visage.

La grand-mère sent une boule grossir dans son ventre. « Si tu veux, on va t’acheter un vrai jouet de garçon, comme… » Elle réfléchit une seconde puis poursuit. « … un pistolet en plastique ! Et tu l’amèneras à l’école pour prouver à tes copains que tu es un vrai garçon. »

L’idée semble séduire Thomas. Il relève un peu la tête, et demande à manger.

Dans la cuisine, la grand-mère démoule le gâteau. D’un pas rapide, le grand-père rapplique et lui souffle : « En même temps, quelle idée ils ont eu de lui offrir ce jouet de fille ! C’était sûr que ça allait faire des histoires.

– Oui, beh, ne leur dis pas ça, hein ! Ils vont mal le prendre.

– Oui oui, je sais. De toute façon, on peut rien leur dire ! »

En face de sa fille, le grand-père est moins virulent lorsqu’il essaie de lui expliquer pourquoi Thomas traîne une telle mine morose. La grand-mère rapplique bientôt pour expliquer toute l’histoire. Mais la mère de Thomas reprend à la volée les propos de ses parents. « Un jouet de fille ? Qu’est ce que c’est un jouet de fille ? » Elle s’adresse à son fils. Elle le questionne sur ce qui rend un jouet féminin, ou masculin, mais Thomas ne sait pas. Alors Estelle cesse de parler, s’accroupit et le prend dans ses bras.

A ses parents, elle murmure simplement : « On va en parler à la maison. » Et elle rentre chez elle avec ses enfants.

Thomas dilue un peu sa colère dans les routines du soir. Dans le bain il se dispute des jouets flottants avec sa sœur, il sautille et fait des grimaces en enfilant son pyjama tout seul, et au repas il chantonne et répète les injonctions des parents. Au moment de l’histoire, Estelle tend un album coloré à son époux : « Je crois qu’il est temps de lui lire et de lui expliquer ce livre… »

Alors, Christophe s’assoit sur le petit lit, à côté de son fils. « Tous les garçons et les filles sont ainsi », lit-il. Il ouvre l’album, tourne les pages, pose les mots avec douceur. Les dessins sont simples et colorés, et l’histoire raconte une dispute autour d’un jouet, qui vire au règlement de compte entre garçons et filles. Les préjugés sont étalés. Christophe et Thomas discutent ces phrases jetées comme des vérités, et se moquent un peu de leur bêtise.

Quand Christophe referme le livre, Thomas semble avoir compris. « Je peux jouer à ce que je veux. »

Christophe acquiesce : « Oui, exactement. Et la seule chose qui fait de toi un garçon, c’est ton zizi, ça suffit pour être un garçon. »

A la même heure, dans un autre appartement, le grand-père regarde le début du film du soir. Il essaie, du moins, d’en saisir l’essentiel, oscillant sa tête de droite et de gauche pour apercevoir la télévision derrière les allées et venues de son épouse. La grand-mère, elle, débarrasse la table, secoue la nappe, passe un coup d’éponge sur le bois verni puis un coup de balai au sol. Quand elle quitte la pièce pour s’occuper de la vaisselle dans la cuisine, le grand-père pousse un soupir de soulagement. Enfin il peut regarder son film sans être gêné.

Le grand-père sur son fauteuil et la grand-mère à sa vaisselle pensent tous les deux, à peu près au même moment, qu’il est tout de même extraordinaire que les hommes et les femmes soient si différents… Et que c’est là l’un des grands mystères de la biologie.

 

Cette nouvelle a été publiée dans le recueil de nouvelles Les femmes nous parlent au sein d’une édifiante accumulation d’histoires du sexisme résonnant d’une manière particulière avec notre l’actualité du ashtag…

Le hand spinner ou quand la fulgurance d’une mode file le tournis

Le hand spinner

Il y a trois semaines, je ne connaissais pas cet objet. Vous non plus j’en suis sûre.

Et puis j’ai vu l’une de mes élèves jouer avec à la récré et les autres tourner autour.

Mon mari m’a demandé si mes élèves en amenaient à l’école.

Quelques jours sont passés, désormais à mon travail chaque jeune possède le sien.

J’ai même du édicter une nouvelle règle qui pourrait se résumer en « Spinner sorti en classe, spinner dans ma besace ».

A la sortie de l’école, chez les « grands » d’élémentaire, des spinners tournent au bout de chaque petite main.

Et maintenant, mon fils.

Pour l’instant, je le trouve amusant ce petit jouet tournant.

 

Il suscite tout de même une question chez moi, une question d’instits, récurrente. Comment se fait-il que d’un bout à l’autre de la France les mêmes jeux envahissent les cours de récré au même moment ? Alors que des dizaines de jeux différents sont disponibles en magasin… Et à une vitesse telle qu’on ne peut pas croire à une expansion « de bouche à oreille ». (D’autant que dans le cas du hand spinner, selon certaines sources, la demande a précédé l’offre. Une petite histoire de cette « toupie à main » ici.)

 

A votre avis, combien de temps durera cette mode ? On lance les paris ?

La journée des chaussettes dépareillées

La journée des chaussettes dépareillées.jpg

Demain, c’est la Journée Mondiale de la Trisomie 21. Allez, un moyen mnémotechnique pour s’en rappeler les prochaines années, 21/3, 21 pour 21, et 3 pour Trisomie.

Douze ans déjà que cette journée existe, différents évènements proposés pour l’occasion, dont une initiative à la fois amusante et facile : porter ce jour-là des chaussettes dépareillées… Un éloge de la différence. Un tout petit geste pour changer notre regard sur ces personnes que l’on définit comme « handicapées » alors qu’on pourrait les voir juste comme « différentes ».

Le débat de mots s’invite, encore, quand on parle de cette maladie génétique. Pourquoi ne pas choisir de dire qu’une personne est « porteuse » plutôt qu’« atteinte » de trisomie ? Une fois de plus, je suis sensible aux mots (comme pour la « situation de handicap » dont je parlais ). Et pour le coup, de « atteint » à « porteur », on ne perd pas de précieuses secondes de parole…

Demain, bien sûr, je mettrai des chaussettes dépareillées. Et les jours suivants, je continuerai à essayer de considérer les humains au delà du handicap.

A l’heure où Mélanie a présenté la météo sur France 2, à l’heure où l’on promeut la différence en se drapant de politiquement correct… on continue à pratiquer systématiquement le tri-test sur les femmes enceintes. Un test permettant de calculer une probabilité d’anomalie génétique chez le fœtus. Un test qui peut conduire à une amniocentèse quand le nombre est « mauvais », pour savoir de façon catégorique si notre bébé est « normal ». Je me questionne : si l’on fait toute cette démarche et que l’on découvre que notre enfant à naître est porteur de trisomie… Est ce que le diagnostic est un moyen de préparer sa venue au monde, ou une possibilité ouverte d’interrompre la grossesse ? J’entends la liberté de choix. Mais ce qui m’interroge, c’est que l’on ne se pose aucune question en amont du tri-test. L’ordonnance est systématique. Puis l’on flippe sur les probas. On est terrorisés. On ne réalise plus qu’une chance sur dix d’avoir un enfant malade c’est neuf chances sur dix qu’il n’ait rien. Pour moi, ce tri-test participe à la peur du handicap largement répandue dans la société. Il n’y a guère que les personnes en contact direct avec le handicap pour questionner leur peur et tenter de s’en défaire.

Enceinte de mon aîné, je commençais à peine à travailler avec des élèves en situation de handicap mental. J’avais fait le tri-test comme tout le monde, sans m’interroger. La proba était bonne, j’avais passé mon chemin. Pour ma seconde grossesse par contre, j’avais évolué, jusqu’à considérer que les interruptions médicales de grossesse pour des fœtus porteurs de trisomie 21 constituaient de fait un moyen de supprimer certaines personnes, car handicapées. Si l’on peut un jour détecter en prénatal tous les handicaps, voudra-t-on tous les supprimer ? «S’ils sont handicapés, mieux vaut qu’ils ne viennent pas au monde.» Quelle est la part d’eugénisme dans cet état de fait ?

Le site de la Journée Mondiale de la Trisomie 21 cite Wikipédia : « C’est l’une des maladies génétiques les plus communes, avec une prévalence de 9,2 pour 10 000 naissances vivantes, aux États-Unis. Avec les progrès de la médecine et le suivi paramédical, la qualité de vie des personnes porteuses de trisomie 21 s’est considérablement améliorée, ainsi que leur espérance de vie. Ces personnes sont également connues pour la qualité de leurs relations avec les autres. » En réalité, les personnes porteuses de trisomie 21 sont heureuses, aimantes, vivantes et exceptionnelles au vrai sens du terme. Mais combien sont supprimées dans le ventre de leur mère ?

Enceinte de ma fille, donc, j’ai refusé le tri-test. Parce que quoi qu’il aurait été, j’aurais refusé l’amniocentèse. Parce que dans notre couple nous aurions accepté un enfant porteur de trisomie. Je ne dis pas que c’est une évidence, chez nous on en a discuté très sérieusement, et j’ai argumenté en utilisant mes connaissances, mon expérience, des éléments par forcément connus de ceux qui ne s’intéresse pas au thème du handicap. Une fois notre décision prise, j’ai du l’affirmer avec assurance, affronter l’étonnement et les questionnements du corps médical, et même signer une décharge. Je ne parlerai même pas des craintes de mon entourage, sur le mode « j’aurais du mal à accepter un trisomique dans la famille ». J’avais beau leur dire que l’enfant pouvait tout à fait être autiste et que cela ne se voyait pas dans le ventre. « Mais ce n’est pas pareil, je préfère, autiste. » J’ai décidé de tolérer aussi ces mots là et de parler le langage du cœur.

Vous aussi, lecteurs, lectrices, faites passer le message, et pour demain, à votre tiroir de chaussettes !

Des humains comme nous

caresse

Aujourd’hui, sur le territoire français, on peut remettre en cause le droit à la nourriture pour certains êtres humains.

Cela ne ressort pas particulièrement si l’on ne scrute pas les actualités, à croire que cette information est moins émouvante que l’affaire Fillon… Mais pourtant elle existe bien, relayée par de nombreux journaux – et par certains de mes contacts Facebook en l’occurrence. Jeudi dernier, le 2 mars 2017, la maire de Calais Mme Bouchart a signé un arrêté interdisant les regroupements sur une zone déterminée, zone sur laquelle se déroulaient précisément les distributions de repas aux migrants restés – et revenus – sur la «jungle» de Calais. Le but, bien entendu, est d’éviter la constitution d’une nouvelle jungle… Mais là où le ministre de l’intérieur Bruno Le Roux s’est montré tout de même favorable à la poursuite des distributions de repas, l’élue Les Républicains a persisté sur sa ligne, souhaitant éviter un effet «appel d’air».

Selon les dernières infos que j’ai pu trouver, la situation est en suspens. Les associations poursuivent les distributions, la maire attend une intervention de la préfecture et semble avoir renoncé à prendre de nouveaux arrêtés comme elle l’affirmait jeudi.

N’empêche. Au risque de me répéter, aujourd’hui en France on peut remettre en question le fait de distribuer de la nourriture à des personnes qui ont faim. Sous le prétexte qu’ils sont nombreux. Sous le prétexte qu’ils sont «en situation illégale». Sous le prétexte qu’ils ne sont pas nous. Sous le prétexte que nous ne voulons pas d’eux chez nous…

Sauf qu’ils sont des humains comme nous. Ils sont nous.

Quand vient le soir, vous avez faim ? Ils ont faim.

Vous voulez vivre, vous voulez être en sécurité. Ils veulent…

Si nous étions nés à quelques kilomètres de là où nous avons la chance de vivre, juste de l’autre côté de la Méditerranée, nous serions eux.

Ils sont nous.

Il y a moins de deux mois, j’avais écrit cet article, déjà, avec un lien vers ce livre : «Eux c’est nous».

Ce qui m’a poussé à réitérer sur le sujet des «migrants» – encore un article politique, le deuxième en deux jours – outre l’actualité choquante, ce sont les commentaires des lecteurs du Figaro. Si vous voulez sentir votre cœur d’humain se briser, ou que vous avez besoin de dégueuler votre repas, ils sont en bas de cette page. Un amas monstrueux de haine, où les commentaires de félicitation à la maire de Calais effacent ceux qui parlent fraternité et charité. A titre d’exemple à vomir, j’évoquerais seulement la «bien commode» guerre qui leur permet de venir chez nous. J’avoue n’avoir jamais aperçu ce genre d’idée traverser ma tête…

Si nous allons au bout de leur logique «nous ne voulons pas d’eux, sous aucun prétexte, aucune aide d’aucun ordre pour les clandestins» devons nous arrêter de secourir les embarcations en détresse en Méditerranée ? Jusqu’à quelle inhumanité pourrait nous mener le rejet de ces humains là ?

Déjà le directeur de Frontex (l’agence de protection des frontières européennes) affirmait le 27 février dernier qu’«il faut éviter de soutenir l’action des réseaux criminels et des passeurs en Libye en prenant en charge les migrants de plus en plus près des côtes libyennes». Je vous invite à lire la réponse de SOS Méditerranée ici, et ses données en nombre de morts en Méditerranée qui font tourner la tête…

Je terminerai en vous disant que j’ai peur. J’ai peur que la libération de la parole de haine qui fleurit sur internet devienne la norme dans la vraie vie. J’ai peur que nos futurs élus soient le relais de ces idées. J’ai peur qu’au son des cris d’«on ne peut pas accueillir toute la misère du monde» on perde notre humanité. J’ai peur qu’on perde notre âme à force d’avoir peur… d’eux… qui sont nous.

La juge et le président

la-politique-en-2017-fait-irremediablement-partie-du-paysage-quotidien

Je me suis tellement retenue de parler de politique sur internet ces temps-ci, que j’en ai presque des fourmis au bout des doigts… De temps en temps, je craque et clique sur le bouton partager de Facebook. Instantanément, c’est un article avec tout son cortège d’interprétations et de commentaires qui déboule sur mon « mur ».

Et j’ai la très nette sensation que la moindre de mes prises de positions est comme une pancarte fluo qui décrypte mes opinions politiques. J’en suis gênée. Pourtant je n’ai pas honte de mon vote. Mais internet, c’est tellement le domaine public que la discrétion d’un vote qui se veut personnel ne peut que se disloquer à son contact.

Dans le même temps l’affaire Fillon (pour ne pas faire semblant de ne pas parler de cela) s’impose tant dans l’actualité, et dans ma manière de penser l’élection qui se profile, que j’ai le plus grand mal à retenir ma langue. Dans le privé et à l’oral, je me lâche – et je saoule mon homme avec mes analyses politico critiques. La politique, en 2017, fait irrémédiablement partie du paysage quotidien.

Par contre, à mon travail, face à mes élèves, neutralité obligatoire.

A la question – très surprenante au demeurant – « pour qui vous avez voté madame ? », je réponds sans ciller « Je n’ai pas le droit de vous le dire. »

Mais (un très grand «mais», à l’origine de cet article) je me questionne. Pour le spectacle type comédie musicale en cours de préparation à l’IME, l’histoire s’est construite, petit à petit, en partant de nos premières chansons. Une troupe de pirates, un voyage en bateau («Santiaaano»)… Pour justifier «La Marseillaise», on a collé un Président de la République – un clin d’œil à l’année électorale pensais-je. Et pour que le président suive les pirates dans leur bateau, on a imaginé une juge qui déboulerait en lui criant : « Je vais te mettre en prison ! ». (Alors, le président fait deux trois tours de piste, saute dans le bateau ; et la juge saute dans sa bouée canard pour courir derrière le bateau…)

Comble de la coïncidence, on a conçu ce délire bien avant l’affaire Fillon. En même temps, ce n’est pas comme si M. Fillon était le seul présidentiable – ou présidentié – à avoir concentré l’intérêt des juges. (Lorsque j’ai entendu, hier sur France Inter, un journaliste danois affirmer qu’ils étaient « habitués », de chez eux, à voir les hommes politiques français empêtrés dans des affaires judiciaires, j’ai frémi d’une si glaçante vérité.)

Notre histoire de juge et de président, alors, vous trouvez que c’est une blague potache à prendre au second degré, ou une entorse à notre devoir de neutralité ?

Liebster Awaaaaard !

liebster-award

Quel est ce nom étrange ? Une pratique répandue sur la blogosphère qui consiste, pour résumer, à se poser des questions entre blogueurs, et à y répondre. L’occasion de promouvoir des blogs qu’on aime et de se dévoiler un peu à ses lecteurs…

Je vis donc ma première nomination, c’est pas les Césars mais bon j’apprécie d’exister un peu dans l’immensité bloguesque.

Je me plie donc à cet exercice… sans bouder mon plaisir.

 

Tout d’abord, un très grand merci à Maman BCBG qui m’a nominée. Allez faire un tour sur son blog, vous découvrirez une jolie plume – et un joli coup de crayon – qui manie à merveille l’humour et une touchante sensibilité de maman… Je me sens très proche de son univers, même si pour le coup je ne suis pas du tout BCBG (je vous renvoie à son article sur ce thème, qui m’a d’ailleurs inspiré un commentaire, qui lui même m’a amené une idée d’article à venir sur le mode « Vis ma vie de bobo »).

Dans la soirée où je publie cet article, je reçois une autre nomination, de la part de Encre, papier, clavier, une petite merveille de blog qui manie les mots avec magie…

 

Bon allez, on commence avec onze choses que vous ne savez pas sur moi.

  1. Il m’arrive de me planquer aux toilettes pour écrire sur mon Smartphone – ou pour lire des articles de blogs – sans être dérangée par les nains.
  2. Je suis gauchère et fière de l’être.
  3. J’adore Koh-Lanta (et The Island dans la même veine). À un moment j’ai même pensé m’inscrire (même pas dit à mon amoureux ça) mais rassurez vous cette idée n’a eu une durée de vie que d’une semaine avant que je me rende compte que, vraiment, ce n’était pas pour moi le côté famine organisée, stratégies mesquines, caméra et sport (enfin tout quoi !).
  4. Je suis vraiment meilleure à l’écrit qu’à l’oral pour communiquer avec les adultes, par contre je me sens très à l’aise avec les enfants ou les ados – vu mon boulot c’est mieux (je suis professeur des écoles) !
  5. Je ne mets (presque) jamais de jupe et je n’essaie même plus de me forcer. Si je vais au bout de mon ressenti, les jupes et les robes seraient presque pour moi des moyens de domination des hommes sur les femmes. D’ailleurs tous ces trucs inconfortables, talons aiguilles, tailleurs cintrés et autres outils de torture ce serait pas une façon de nous soumettre physiquement (tiens une idée à creuser pour un prochain article…) ?
  6. Je n’aime pas écrire des nombres en chiffres au milieu d’un texte (voir ci-dessus «onze choses que vous ne savez pas sur moi»).
  7. En restant dans le même thème un peu psychorigide de l’écriture, les erreurs d’orthographe me piquent les yeux. Ce n’est pas du snobisme, je comprends tout à fait que les personnes qui m’entourent – et que je lis – n’aient pas toujours une orthographe impeccable, d’ailleurs je ne leur fais pas remarquer, mais ça me fait mal aux yeux, c’est presque physiologique (surtout les er/é/ez).
  8. Je n’aime pas Facebook. J’y passe de plus en plus de temps par faiblesse et recherche de liens avec l’actualité de mon «réseau», mais je n’apprécie vraiment pas son fonctionnement algorithmique m’enfermant toujours dans le même type de contenu.
  9. J’adore les looks très marqués, voire extrêmes, type tatouages partout, esthétique gothique, cheveux aux couleurs improbables… même si j’ai moi-même un look très sage.
  10. Quand je visite une belle maison – ou un bel appart – je cite Stéphane Plaza dans le texte (le dieu de l’immobilier !).
  11. Je suis une catastrophe avec les plantes vertes, trop occupée à faire pousser mes enfants…

 

On continue avec les excellentes questions de Maman BCBG.

1- Si tu étais obligé de te faire un (nouveau) tatouage, que représenterait-il, et où le ferais tu ?

Le nouveau tatouage est prévu depuis que je suis devenue maman… les prénoms de mes enfants bien sûr ! Je pensais les faire autour de mon tatouage existant mais j’ai trouvé un meilleur endroit, autour du poignet gauche (parce que je suis gauchère et fière de l’être !) comme deux bracelets.

2- Si tu pouvais choisir un super pouvoir, ce serait ?

Je rêverais de rendre mes enfants immortels jusqu’à ce qu’ils décident qu’ils ont assez vécu.

3- Qu’est ce qui te fait fuir sur un blog ?

Les concours et les placements de produits.

4- Ton plus gros défaut ?

Je suis tête en l’air, maladroite, parfois nonchalante, un peu lunatique, complètement dans mon monde. Ça fait plus qu’un défaut, mais au moins c’est honnête. Je me demande souvent comment mon homme fait pour me supporter…

5- Ta plus grande qualité ?

Ma gentillesse – oui oui je vis au pays des bisounours. J’assume !

6- Si tu étais un animal, lequel serait-ce ? Pourquoi ?

Je ne me vois pas du tout en animal, en aucun animal, mais s’il faut choisir je dirais en koala parce que j’ai porté mes enfants contre moi en mode koala le plus longtemps possible et j’ai juste adoré ça… et puis pour la sérénité, la nonchalance et le côté rêveur, ça me va bien je trouve.

7- Le truc le plus bizarre que tu aies mangé ?

Un clafoutis aux légumes raté dont on parle encore avec mon chéri… mais en fait j’ai mangé juste une bouchée c’était trop horrible – dire que j’ai pensé faire Koh Lanta !

8- La plus grosse bêtise que tu aies faite petit ?

Arracher la tapisserie de ma chambre.

9- Si tu étais président, quelle serait ta première mesure, celle dont l’histoire se souviendrait ?

Ce qu’elle m’a donné du fil à retordre, cette question !

Bon alors, moi présidente, je constituerais un gouvernement complètement féminin pour commencer à rééquilibrer la place des femmes dans notre pays…

10- Montagne ou mer ?

Montagne pour le calme, je déteste les foules sur les plages, et puis la mer je l’ai toute l’année (Marseille est une merveille).

11-Ton épisode de Star Wars préféré ?

Le septième ! Pour une fois qu’on voit une fille tenir le sabre ! (J’avais même écrit cet article sur le sujet.)

 

Mon article étant déjà écrit et publié, je n’ai plus le temps de répondre aux onze questions de Encre, papier, clavier et je m’en excuse… mais je vous laisse quand même quelques gouttelettes, les réponses qui coulent toutes seules…

Vous êtes plutôt du soir ou du matin ? Du soir, définitivement !

Votre rêve le plus fou ? Vivre de mon art ou de mon écriture – de fiction. C’est un rêve lointain et très fou que je poursuis, sans savoir si je serais vraiment heureuse de lâcher mon métier d’enseignante…

Quel est votre surnom ? Quand j’étais gamine, Phinou.

Votre souvenir le plus drôle ? J’ai oublié… mais tous les jours avec mes enfants.

 

Passons aux nominations, je les ai voulues éclectiques :

Les états d’âme d’une fille de brigand n’est pas un blog de maman, mais le blog d’une fille qui vit ses rêves en pleine nature, à découvrir…

A l’orée du bois, « les blablas d’une mamavocate », une telle justesse de mots…

Crevette de Mars le blog d’une jeune femme qui vit son handicap au quotidien, et qui en parle avec justesse, libérateur !

L’œil buissonnier, de la poésie et des photographies (encore de la poésie… mais en image).

Maman dans le vent le blog d’une maman stylée parisienne, ses coups de cœur, des spectacles, ses pensées… c’est vif et rafraîchissant.

Rester ailleurs une « nana » qui aime les voyages et les humains, et qui partage une parole d’éducatrice spécialisée d’une beauté et d’une vérité rares (et pour moi qui travaille en IME, c’est précieux).

Happynaiss une maman « maternage et parentalité positive » qui existe en vrai et ne parle pas comme un livre : pour évoluer sans culpabiliser !

Cours Gigi Cours ! « le blog d’une jeune maman, banlieusarde, graphiste, toujours à la bourre ». Le côté toujours à la bourre, je sais pas vous, mais moi ça me parle ! Un blog où l’on se sent bien…

Pourquoi pas moi bordel !! une petite pépite découverte par hasard, ce blog aborde le très difficile sujet de la PMA avec une dent acerbe, c’est électrisant et drôle… et ça fait relativiser nos plaintes de mamans, si si ! Merci pour cette découverte, oh toi « la meuf en PMA » !

Que faire de mes journées « le blog d’un mec déprimé »… ça donne pas très envie peut-être comme ça MAIS c’est bien de lire un homme qui pour une fois utilise des mots pour parler de lui… C’est vrai et profond, un talent qui s’ignore.

Miss Texas « Une expatriée au pays des cow-boys » un magnifique blog de l’autre bout du monde… pour voyager en mots.

(Aux nominés : si vous n’avez pas le temps pas l’envie pas la tête à poursuivre ce Liebster… je continuerai à vous aimer et à vous suivre de toute façon !)

Et mes questions :

  1. Qu’est ce qui t’a décidé à écrire un blog ?
  2. A choisir, préfères-tu le tutoiement ou le vouvoiement ?
  3. Qu’est ce que tu aimes chez toi ?
  4. Bonbons ou chocolat ?
  5. Quel est ton métier rêvé ?
  6. Et ton métier réel ?
  7. Quel est ton plat préféré ?
  8. Jupe ou pantalon ?
  9. Le livre qui a changé ta vie ?
  10. Ta prochaine destination de vacances ?
  11. Au camping est-ce que tu prends le rouleau complet pour aller aux toilettes ou quelques feuilles dans la poche au risque qu’il t’en manque au moment fatidique ?

 

Pour participer, voici le mode d’emploi :

Mentionner le blog qui t’a nominé.

Citer onze caractéristiques te concernant.

Répondre à mes questions.

Nominer onze blogs de moins de deux cents abonnés, insérer leur lien et les informer de cette nomination. A propos du nombre d’abonnés, on en parle du nombre d’abonnés ? J’ai un peu triché avec deux de mes nominés qui dépassent de peu les deux cents abonnés… mais de toute façon, je me suis basée sur les chiffres d’abonnés de wordpress, qui ne comptent que les abonnés de profils wordpress en ignorant les abonnés par mail. Je ne parle même pas des amis facebook pour ceux – comme moi – qui ont mis en place un partage systématique sur facebook (et je peux vous dire qu’en ce qui me concerne ça me rapporte quand même pas mal de vues)… Bref, je continue.

Poser onze questions pour les blogs nominés.

Ne pas oublier de me prévenir que votre billet est en ligne, en commentaire de cet article par exemple !

 

Merci d’avoir lu jusqu’au bout ce premier exercice de Liebster award pour moi. Je reviens dans quelques jours avec un article « normal », et à Maman BCBG, à Encre, papier, clavier, et à mes chers nominés, je vous dis à bientôt sur vos blogs !

Avec ou sans papiers

avec-ou-sans-papiers

Malgré mon optimisme débordant, je me surprends à qualifier de période troublée les temps que nous vivons. Comme une impression de dérive. Et mon malaise s’amplifie lorsque je constate qu’aujourd’hui en France, nous pouvons être poursuivi pour avoir aidé des êtres humains dans le besoin. Parce qu’ils sont en situation illégale, leur tendre la main reste illégal (même si le «délit de solidarité» était censé avoir disparu en 2012… Vous en saurez plus en lisant cet article ou celui là). Heureusement les tribunaux peuvent avoir du cœur… Mais en sera-t-il toujours ainsi ?

Derrière les colonnes de chiffres, les statistiques et les discours, ce sont juste des êtres humains, des hommes des femmes des enfants. Ils sont Nous – nés ailleurs. On l’oublie. On les oublie.

Certains, pourtant, aident, donnent, accueillent, nourrissent. Au risque d’être reconnus coupables…

 

Mais revenons un peu sur les mots pour le dire, car les mots importent (je le disais déjà à propos du handicap). Etrangers, migrants, clandestins… Réfugiés… Autant de mots qui ne recouvrent pas la même vision. Alors pour réfléchir un peu à ces concepts, je vous conseille le livre «Eux, c’est nous», hyper clair et concis, et adapté aux grands enfants.

 

C’est souvent une conjonction de faits qui me conduisent vers la rédaction d’un article. Ici l’entrechoc de mes sentiments face à l’actualité et d’un reportage vu mardi soir sur France 2, « Clandestins : d’autres vies que les vôtres », que vous pouvez visionner en replay pendant quelques jours (). Des destins d’esclaves modernes, écrasés par la peur et l’absence de leur famille. Ceux là ne sont pas des migrants de la guerre, alors on leur refuse l’asile. Des migrants “économiques” comme on dit. Moi je préfère migrants de leur vie, regardez-les et vous verrez. Je me suis sentie déchirée par leurs histoires, déchirée mais humaine avec eux.

 

Allez, une petite chanson pour finir… si vous êtes de ma génération ca vous rappelera des souvenirs… Clandestino de Manu Chao.

 

Dimanche soir, j’ai soirée électorale

dimanche-soir-jai-soiree-electorale

Au fur et à mesure qu’elles s’égrènent, dans ma vie de citoyenne, je les goûte avec délice, ces soirées. Entre langue de bois, moments parfois comiques, questionnements intelligents… J’adooooooooore !

Je me suis interrogée sur cet engouement, qui persiste même lorsque le choc est au rendez-vous, et je crois que c’est le sentiment de vivre des moments historiques, de ceux dont parleront les livres d’histoire de mes enfants.

Je comprends, dans une certaine mesure, le dégoût de certains pour la vie politique, mais moi, je ne pourrai jamais me passer de m’y intéresser.

Et vous, pourquoi aimez-vous (ou pas !) les soirées électorales ?

L’allaitement dure trois ans

lallaitement-dure-trois-ans

Du moins, il peut.

Comme il peut durer trois jours.

Ou trois semaines, avec un pic de croissance dont personne ne parle (hormis les mamans allaitantes averties) et qui fera croire à la plus motivée des mères qu’elle n’a « pas assez de lait ».

Ou trois mois, avec la reprise du boulot et le refus de la présumée torture du tire-lait.

Il existe mille raisons d’arrêter l’allaitement avant qu’il ne cesse de lui même…

Chez nous, on a cheminé, de mois en mois, jusqu’à deux ans et quatre mois pour mon grand. J’étais enceinte de sa sœur, et c’est ma grossesse qui a provoqué son sevrage (les hormones induisent changement de goût et diminution de quantité).

Ma fille, deux ans et neuf mois, tète encore. Depuis longtemps ce n’est plus que dans l’intimité du réveil ou des soirées à la maison. Et si je ne me cache pas d’allaiter encore, quand le sujet est abordé, j’avoue sans mal aussi que j’en ai vraiment marre.

J’en ai marre, mais j’irai au bout. Jusqu’au sevrage naturel. Je savais par expérience que passé un certain âge il est plus difficile de sevrer un enfant, plus douloureux, plus brutal, moins justifiable. Comment pourrais-je expliquer à ma fille qu’hier encore elle pouvait téter, et qu’aujourd’hui c’est fini ? Je m’y refuse et donc je persisterai jusqu’à ce qu’elle s’arrête d’elle-même. A un moment, l’enfant est prêt à passer à autre chose, et le réflexe de succion disparaît. Tout concorde, ils n’en ont plus besoin et ils ne savent plus. Quand j’explique cela à toute personne qui s’y intéresse, la question suit immédiatement : « Mais ça peut durer longtemps ? »

Alors je réponds d’un ton sérieux que la plupart des enfants se sèvrent naturellement entre deux et trois ans. J’espère que ce sera notre cas. Et j’omets de stipuler ceux qui ont cessé à cinq ans.

L’allaitement est tout empli, aussi, de merveilleux moments de tendresse, et d’histoires rigolotes. Comme lorsque je raconte que si je bois de l’alcool au repas du soir, je lui annonce qu’elle ne pourra pas téter avant le lendemain matin. Alors elle me demande régulièrement : « Tu as bu du vin, maman ? Je peux téter ? » Mon pharmacien a bien rigolé lorsque je lui ai livré, il y a quelques jours, cette petite anecdote.

Je suis consciente d’être un peu une extra-terrestre. Mais ce qui me permet d’assumer notre anormalité sociétale, c’est que je suis persuadée d’être dans la normalité biologique…